Blog pas spécialement tendance, si ce n'est musicale (par Bertrand Louchez)

Keep calm and dance like Jarvis Cocker
Pierre Lapointe - Nos joies répétitives

Chaque chagrin avale son lot de tristesses fugitives
Alors on réchauffe contre nous nos joies répétitives
Caressant les cheveux de notre enfance éthérée
Lui répétant qu’il est encore trop tôt pour crier

On a appris à sourire comme des hommes bien élevés 
Pour détourner l’attention de nos sexes souillés
Mais on a oublié de nous montrer comment faire
Pour trouver l’amour et lui prouver qu’on peut lui plaire

Quand les doutes arrivent
Que la honte récidive
Nos joies répétitives savent nous rassurer

On met du noir, du bleu pour barbouiller nos yeux 
Pour faire croire même si c’est faux qu’aujourd’hui on va mieux
On boit, on mange entre copains pour parler de nos habitudes
Celles d’hier, celles de demain pour comparer nos solitudes

On se fout dans le nez ce qu’il nous reste à vivre 
Hurlant à tout vent comme on est heureux quand on est ivre
Essayant d’étouffer tout c’qui vient nous rappeler
Qu’on est déjà à l’âge d’or du rebelle attardé

Quand les doutes arrivent 
Que la honte récidive
Nos joies répétitives savent nous rassurer

On embrasse tour à tour des garçons et des filles 
Car pour nous tout ce qui compte c’est de voir des yeux qui brillent
Mais on rêve secrètement de rencontrer notre amour
Celui qui durera jusqu’à la fin du dernier jour

On accepte de ramper le regard effacé 
La bouche qui veut vomir notre amour ravalé
On pense à cette fois parfaite où on a tout gâché
En laissant s’échapper un « je t’aime » mal placé

Quand les doutes arrivent 
Que la honte récidive
Nos joies répétitives savent nous rassurer

(Source : les-epherites)

War is over (New York, 1969)

War is over
(New York, 1969)

Inside The Grand Budapest Hotel

(Source : marinaesque, via fantasticmrfolk)

Please, please, please, let me get what I want

indiectators:

C’est vendredi c’est jazzy : Ian et le Roi Pourpre.

Il n’a pas fait partie très longtemps de King Crimson, un peu plus d’un an, le temps d’enregistrer leur album le plus délicat en 1971, Islands, sur lequel il tient la batterie (ainsi que sur l’apocalyptique live Earthbound qui peut rester dans l’oubli).

Le fait qu’Islands soit l’album de King Crimson le plus influencé par le jazz (avec la présence de Keith Tippett et de quelques uns de ses musiciens) aura probablement donné l’idée à Ian Wallace, près de 30 ans après avoir quitté le groupe, de monter un trio jazz piano/basse/batterie consacré au répertoire du groupe de Robert Fripp.

Si ce genre d’exercice n’est pas toujours très inspiré, la musique du trio du batteur mérite largement l’écoute. Les morceaux, parfois proches des originaux (Starless, I Talk To The Wind), ou parfois complètement transformés (comme 21st Century Schizoid Man) sonnent dans certains cas, paradoxalement, de manière plus “classique” que les originaux. Le trio démontre néanmoins qu’il y a largement matière à improviser sur la musique de King Crimson (ce n’est certainement pas Médéric Collignon qui me contredira).

Le Crimson Jazz Trio aura ainsi sorti deux albums (le second peut-être moins réussi que le premier) avant que Ian Wallace ne meure des suites d’un cancer en 2005.

“Les jeux sont faits on pouvait le penser
La vie serait ce coin d’éternité
Mais rien n’est fait
Rien n’est fait pour durer
Ni les joies ni les peines ni la fatalité
Non rien n’est fait
Rien n’est fait pour durer
Ni la chance ni les regrets
Ni même l’éternité
L’éternité”

—   Kent
Bob Dylan, Liverpool, 1966  (Photo Barry Feinstein)
David Bowie | L’homme qui venait d’ailleurs (The man who fell to earth), Nicolas Roeg, 1976

“Le vrai football s’est arrêté le jour où le premier coiffeur a mis les pieds dans un vestiaire.”

—   Alfredo Di Stefano